Lexique technique de la véranda

Le secteur de la véranda évolue et se développe grâce à l’utilisation de matériaux performants. Du jardin d’hiver à la véranda jusqu’à l’extension, son utilisation se transforme et s’adapte au besoin de chacun. Il existe de nombreux modèles sur le marché. S’adresser à une entreprise spécialisée permet d’obtenir un projet chiffré sur mesures. Certains termes techniques sont parfois utilisés et nécessitent quelques éclaircissements dans le vocabulaire de la véranda.

Lexique technique de la véranda aluminium

Le thermolaquage

Le thermolaquage des profils aluminium consiste à appliquer un traitement de surface des profils.  Il s’agit de projection de différentes poudres sur les profils pour ensuite les passer au four à 190 degrés afin d’obtenir des barres peintes à chaud (principe des carrosseries de voitures). Ce traitement est destiné non seulement à revêtir mais surtout protéger les profils des altérations du temps. Selon le type de thermolaquage, la durée de garantie des profils varient.

La rupture de pont thermique

Un pont thermique est la conséquence d’un manque d’isolation  au niveau de l’habitation. Il se traduit par une forte condensation, voire des moisissures ou pire le gel. L’aluminium étant un matériau conducteur, il est nécessaire de s’assurer qu’il est doté d’un système à rupture de pont thermique. La rupture de pont thermique des profils aluminium consiste à assurer l’isolation grâce à des barrettes polyamide (caoutchouc dur) entre l’intérieur et l’extérieur des profils alu de la véranda. En hiver, elle évite au froid de s’introduire par le biais des profils à l’intérieur de l’habitat.  L’évolution des technologies a permis de pallier au problème d’isolation des premières vérandas posées il y a plus de 30 ans.

Les aérateurs

Les exigences en matière d’isolation thermique et phonique font que les structures de vérandas se sont elles aussi adaptées pour répondre à ces impératifs.  Les aérateurs sont des grilles d’aération situées en partie haute ou basse des vitrages des baies.  Ils permettent d’assurer naturellement la ventilation de l’air à l’intérieur de la véranda afin d’abaisser le taux d’humidité (hygrométrie) et de renouveler l’air pour des raisons d’hygiène.

Les profilés de la structure de la véranda

Les profilés aluminium de la structure de la véranda sont ainsi thermolaqués et à rupture de pont thermique. Ils sont composés pour la toiture d’un solin, sorte de poutre ou de barre aluminium horizontale posée contre la façade de la maison ou le larmier d’un avant-toit. A partir de cette poutre aluminium, située en partie haute de la toiture, viennent s’insérer des chevrons plats ou tubulaires. Le modèle varie en fonction de la profondeur de la toiture. Entre chaque chevron,  la toiture se compose soit de vitrage isolant feuilleté, soit de polycarbonate (plaques en plastique alvéolaire rigide) en  ou encore de panneaux sandwichs opaques ( 2 tôles aluminium séparées par une isolation).

Le type de couverture pour la toiture se détermine en fonction de la luminosité et de l’isolation thermique recherchée. Enfin, les chevrons reposent sur la cheneau. Il s’agit d’un conduit positionné en partie basse de la toiture. Cette cheneau est habillée d’une réhausse (profil aluminium rapporté) qui peut être arrondie pour un style victorien ancien voire droit pour le visuel moderne d’une toiture plate (aspect cube). L’eau pluviale ainsi récoltée s’évacuera dans les poteaux d’angle équipés d’un tuyau en PVC intégré.

Notre conseil : Les professionnels emploient parfois des termes techniques ou spécifiques au domaine de la véranda. Il ne faut donc pas hésiter à leur demander des précisions. Il est également plus facile de comprendre certains termes techniques lorsque l’entreprise dispose d’un showroom d’exposition.